Retour histoire

PIETRO VERAZZI

est né à ANNECY (SAVOIE) le 06 Mai 1831

de Felice Verazzi et Ritta Sana

1831 L'enfant est déclaré à la paroisse Saint-Maurice d'Annecy . Sa mère étant tombée malade deux mois après l'accouchement , l'enfant est ramené à Caprezzo par son oncle Gaetano . Il y restera jusqu'à l'âge de 10 ans .

1841 Sa mère meurre a Savona (Ligure) après avoir donné naissance à 4 autres enfants : Giovanna , Carlo , Domenica et Francesco . Son père , en garnison à Nice comme vivandier , demande à son frère Gaetano de lui ramener l'enfant . Il se remarie la même année avec Giulia Pastore née à Menton qui lui donnera 2 enfants : Antonio et Adélaide . Pietro est élevé au sein du régiment et aide son père à servir au mess des officiers .

1845 De retour du camp d'instruction de Saint Maurice , son père est blessé d'un terrible coup de sabre porté par le major Mamelli qui lui casse 2 cotes . Ceci pour avoir , malgré l'interdiction , donné un pain à un soldat en état d'extrême faiblesse . Il poursuit le voyage , mais la blessure s'infecte . Transporté à l'hopital de Cuneo , il décède un mois après .

1846 Pietro perd sa belle-mère . Le 15° Régiment le nomme , à 15 ans , vivandier en remplacement de son père .

1847 Le Régiment nomme Joseph Ginocchio tuteur des enfants .

1849 Le tuteur épouse sa pupille Domenica , la soeur de Pietro , agée de 14 ans .

1852 Pietro quitte l'armée .

1853 Son tuteur meurre en laissant une fille Luigia . Il se rend à Gênes , ayant en poche un couvert en argent et les 115 lires de solde de l'armée . La même année , il prend la décision de partir pour Montevideo à bord de l'Aurora . 6 jours plus tard il est nommé cuisinier . Il débarque à Montevideo le 6 juillet , après 59 jours de traversée . Il fabrique et vend des remèdes pharmaceutiques et des pommades . On lui propose un emploi de plongeur dans une auberge à 20 lires par mois .

1854 Au début de l'année , il part pour Buenos-Aires où il trouve un emploi de teinturier à 30 lires par mois . Il travaille sucessivement comme cuisinier , medecin ambulant , il accepte finalement un poste dans une grande ferme eloignée de la ville .

1856 En janvier , Pietro retourne à Buenos-Aires et ouvre une boutique de bois , charbon , legumes . Il tombe malade à force de travail et doit revendre la boutique . En Juin , il s'associe avec Luigi Noli et ouvre une teinturerie . En Novembre , il se marie avec Maria Los Santos Creado , d'origine espagnole . Elle est veuve , vit avec ses 2 filles et a 22 ans de plus que Pietro .

1858 En Février , la société NOLI-VERAZZI est dissoute . Pietro prend en location une boutique , Calle Parque , où il vend du charbon , du savon , des articles de mercerie ainsi que des étoffes et des costumes .

1863 En octobre , on lui propose un grand magasin d'habits : le Bazar du Grand Turc , situé en centre ville . Il y emploie son frère Francesco en lui versant la moitié des profits . Celui-ci , voulant être indépendant , ouvre une boutique du même genre .

1876 ? Francesco meurre à Buenos-Aires . Pietro verse une rente à sa veuve et à ses 4 enfants .

1869 Pietro fait un voyage en Europe pour revoir ses parents , laissant sa femme au magasin . Il va à Caprezzo voir son oncle Gaetano , son frére Antonio et sa soeur Adelaide . Il va dans les Abruzzes , à Aquila , voir sa soeur Domenica qui s'était remariéee avec le Colonel Arnier . De Milan , il part à Paris pour acheter des marchandises et les expédie à son ami Stefano Larco , avec lequel il partageait les bénéfices du Bazar . Il fonde la maison d'exportation VERAZZI-LARCO .

1870 Pietro retourne à Buenos-Aires en emmenant sa soeur Adelaide . Le magasin se développe rapidement , obligeant Pietro à de fréquents voyages à Paris .

1871 Au pritemps , il retourne à Paris , laissant sa femme et sa soeur sous la protection de Stefano Larco . Mais la fièvre jaune ravage Buenos-Aires et emporte sa femme .

1872 Pendant son voyage de Paris à Milan , il rencontre dans le train Joséphine Faniel , de Grenoble , agée de 30 ans . Il l'épouse à Paris . A Caprezzo , Pietro charge son frère Antonio de construire une maison avec 6 chambres sur le terrain d'une vieille maison de ses parents .

1877 Le 27 Octobre , naissance de sa fille Aimée .

1879 Joséphine décède le 26 Novembre . Avant de mourir , elle conseille à Pietro d'épouser Marianna Barbini , de Caprezzo , qui avait prodigué tant de soins à leur fille Aimée . Il l'épouse donc à Paris la même année .

1881 En Février , mort de l'oncle Gaetano , qui laisse en héritage la vieille maison de ses parents pour moitié à ses neveux Boruzzi , pour moitié à Antonio . Pietro rachète la part Boruzzi en Mars , fait abattre la vieille maison , en fait construire une neuve sur les plans de l'architecte Canna de Intra . La moitié de la maison est donnée à son frère sans compensation .

1883 Le 5 Avril , Pietro retourne à Buenos-Aires avec sa femme Marianne et sa fille Aimée . De retour à Paris le 20 Juillet , il achète une maison 14 rue du Chateau d'eau et s'y installe .

1885 Le Gouvernement italien , ayant appris tout le bien qu'il avait fait pour Caprezzo , le nomme Chevalier de la Couronne d'Italie par décret du 26 Juin 1885 . La Mairie de Caprezzo le nomme parmi ses conseillers .

1887 Le 13 Février , décès de Stefano Larco . Pietro part le 5 Mars pour Buenos-Aires et fonde une nouvelle socété avec Alfredo Larco , fils de Stefano , agé de 22 ans .

1891 En Janvier , il est élu Vice-Président de la Chambre de Commerce italienne à Paris .

Biographie écrite en italien par Francesco Corbetta , ami du Chevalier

Cette biographie de mon aieul comporte aussi la liste des dons faits par PIETRO VERAZZI à sa famille et au village de Caprezzo

Dot à Louise Ginocchio , rentes au Colonel Arnier , à son neveu Adolfo , à son beau-père Luigi Barbini , à ses belles-soeurs Serena ,Theresa et Domenica Barbini . A sa soeur Adelaide qui avait épousé le peintre de Miassina , Hippolite Barchi à Buenos-Aires .

A Caprezzo :

1881 Une rue et un pont au-dessus d'un ravin

1882 Un lavoir couvert

1884 Un autre lavoir couvert

1885 Il remplace les 3 petites cloches de l'église par un carillon à 5 cloches

1888 Il fait cadeau d'une école de garçons et filles et d'un local pour une maternelle . Il fournit tables , bancs et livres